Sur le site néolithique de Jéricho, a été découvert des restes de chats datant d’il y a neuf mille ans.

 

Mais rien ne prouve qu’il s’agissait de chats domestiques : c’étaient plus probablement des animaux sauvages qui avaient été chassés ou qui, attirés par la nourriture, étaient tout au plus tolérés.

Cependant, des chats apprivoisés ont certainement vécu auprès des hommes bien avant ce que suggèrent les fouilles archéologiques et historiques, car on retrouve fréquemment des fossiles de chats (os ou dents) sur les sites préhistoriques. Mais il est impossible de déterminer s’il s’agissait alors d’animaux de compagnie ou de gibier chassé pour sa fourrure ou sa viande.

Quoi qu’il en soit, avec l’apparition de l’agriculture, les hommes cessèrent de chasser le chat et recherchèrent délibérément sa présence pour les débarrasser des rats et autres nuisibles.

Abyssin maldives

L’ancien chat domestique égyptien - qui allait par la suite coloniser toute l’Europe - servait aussi bien à détruire les rongeurs qu’à rapporter le gibier au cours d’une chasse.

abyssinian

L’Abyssin actuel ressemble énormément aux chats sacrés représentés sur les tombeaux égyptiens.

angora guyanne

russe bleu

Ces deux races de chat descendent des chats sauvages et, comme eux, sont dotés de robes parfaitement adaptées à leur environnement naturel :

  • les hauts plateaux inhospitaliers de Turquie pour l’Angora
  • les pourtours de la mer Baltique pour le Bleu Russe

-!-!-!-!-!-!-!-!-

Prochain billet "La reproduction sélective"

Bonne continuation à vous qui passez visiter mes petits félins

signe_mimi2